Evolution et révolution du secteur diamantaire | FR

Les diamants sont connus depuis des millénaires, mais selon les sources historiques, la taille commence seulement il y a plus ou moins 550 ans, au XVème siècle. Les balbutiements de la technologie pour travailler une matière si dure ont été décrits par Pline l'Ancien de façon quelque peu exotique. Mais ce sont surtout les mystères et les légendes entourant cette pierre exceptionnelle, à l'origine divine pour les anciens grecs qui l'interprétaient comme poussière d'étoiles tombées du firmament ou encore larmes des dieux, qui retardent les progrès de la taille.

En effet, le diamant avait la réputation de protéger du poison et des morsures de serpent. Il permettait de dissiper l'anxiété, la colère, préserver les couples de l'infidélité et donnait du courage aux hommes pour les rendre invincibles. Par conséquent, le diamant possédant toutes ces vertus, risquait de les perdre toutes lors de la taille. Ainsi, jusqu'au Moyen-Âge, les diamants ont été montés sous la forme brute et naturelle de l'octaèdre. Les facettes de l'octaèdre étaient patiemment polies, à l'aide d'une latte en bois imprégnée de poudre de diamant. Technique utilisée en Inde, mais aussi en Allemagne, à Nuremberg en 1373. Une bague retrouvée dans l'Escaut il y a trente ans ainsi que la bague de Cosme de Medici ou encore des bagues exposées aux musées de Dresden et de l'Hermitage sont des témoignages précis de l'utilisation du diamant à l'état brut. Beaucoup de bijoux en or ou en argent sertis d'octaèdres ont été trouvés lors de découvertes archéologiques ou historiques, tel que l'anneau Hérisson, avec cinq diamants bruts naturels ainsi qu'une bague de la période Romaine. Un dessin de l'anneau symbolique pour le mariage de Costanzo Sforza et Camilla d'Aragon en 1475, nous montre le diamant brut fixé sur un anneau. Deux torches dans un anneau, deux volontés, deux cœurs liés par un diamant. Un collier porté par la princesse de Gonzague, à la cour italienne de Mantoue, vers 1605, montre des perles naturelles montées avec des diamants octaèdres. Un autre dessin illustre comment la lumière entre dans l'octaèdre. Il n'aura pas la même réflexion qu'un diamant taillé. Pourtant certains diamants bruts avaient déjà plus d'éclat que toutes les autres pierres précieuses, brutes ou polies. Au XVème siècle, Louis de Berquem découvre la technique permettant de tailler les diamants, technique de base encore utilisée de nos jours. Le diamant est encastré dans un alliage de plomb et d'étain, le tout dans une coupelle en cuivre et relié par une tige en cuivre flexible permettant le réglage du diamant brut sur le disque. Selon Thillander, la taille du diamant aurait commencé près d'un siècle plus tard en Italie. Mais si nous prenons toutes les références de la littérature du XVIème au XIXème siècle concernant le diamant, le nom de Lode van Berquem ou Louis de Berquem réapparaît régulièrement comme étant l'inventeur de la technique de taille du diamant. Dans la première encyclopédie de Diderot et d'Alembert 1770, nous voyons le dessin d'un banc de tailleur, celui d'un plateau de polissage et d'un dop, comme Louis de Berquem l'avait proposé deux siècles auparavant. Le positionnement du diamant grâce à la tige en cuivre, encore utilisée aujourd'hui par certains tailleurs pour le polissage de la table, simplement enfoncée dans du savon. Tout comme ce dessin où Diderot décrit une usine de taille du XVIIème et XVIIIème siècle à Paris : le sertisseur travaille à son banc au serti du diamant brut dans le plomb, au milieu se tient le tailleur de diamants et à droite l'apprenti qui active la roue. Anvers avait déjà pris la place de Bruges vers 1460, pour devenir le centre le plus important du négoce et de la taille du diamant jusqu'à la fin du XXème siècle et ce, malgré les invasions, les crises et les guerres que la Flandre a traversées. En 1609, Anselme de Boodt, médecin de l'empereur Rodolf II, donna pour la première fois une description détaillée du clivage des diamants. Il proposa même une machine pour tailler seize diamants à la fois. Naturellement la machine ne fut jamais utilisée, mais le dessin fut pourtant publié. Le Dr Wollatson aurait été le premier cliveur de diamant connu, il achetait le brut et le vendait clivé aux tailleurs. Le clivage était devenu une partie importante de la taille des diamants, c'était la préparation des diamants pour la taille des roses, des carrés et des baguettes, très à la mode à cette époque. Dans le courant des Golden Sixties, un apprenti devait payer 300.000 BFR pour l'apprentissage du clivage c'est à dire l'équivalent de trois nouvelles voitures Volvo 121 de cette époque. Le cliveur était en cette période le métier le plus prestigieux de la taille du diamant. Pourtant le cliveur de diamant indépendant disparu dans le courant des années 1970 en raison de la mainmise de la profession par la De Beers, voulant contrôler la ligne de production, de la mine à la fabrication. Les marchandises issues du clivage étaient pour la plupart des pierres plates, le brut était clivé pour la taille carrée, rectangle ou triangle. Ce fut aussi la période de la double rose et de la taille briolette. En 1772, sur la couronne de Louis XV, le Grand Sancy illustre bel et bien ce type de taille avec ses six roses représentant la fleur de lys. C'était l'époque de la composition de petites pierres formant une mosaïque, comme ce bel exemple de bijoux de Saint Michel avec le dragon et la fleur de lys : symbole de virginité et de fertilité au XVIème siècle toujours accompagné des roses. Représentatifs aussi de la même période sont les monogrammes avec des baguettes et tailles carrées. L'entraînement des disques de taille par des chevaux a ensuite été supplée par la force hydraulique comme à Saint-Claude et en Allemagne à Idar-Oberstein où les «Wasserschleiferei » peuvent encore être visités actuellement: ils sont aussi utilisés pour la taille des autres pierres précieuses. Les deux systèmes sont utilisés alternativement pour faire tourner plusieurs disques ou meules dans de petits ateliers. Les XVII et XVIIIème siècles illustrent la période de gloire de la taille rose, la double rose et la taille Peruzzi. Vicenzo Perazzi a été le créateur de la première forme ronde/ovale au XVIIème siècle. C'est aussi la période de la rose Anversoise, d'Amsterdam, la rose simple, plus connue avec six facettes, trois facettes et les roses pleines. La taille Mazarin était un mixte de taille coussin et carrée très en vogue au XVIIIème siècle. Pour la première fois, les femmes étaient autorisées à tailler des diamants, car elles semblaient détenir les qualités pour la «manipulation délicate de la taille des petites pierres de trois à six facettes ». C'était sans doute le prétexte car elles étaient moins rémunérer que les hommes ! Le Grand Moghol, le Florentin, la Grande Table et le Tavernier Bleu étaient des pierres exceptionnelles de cette époque, malheureusement toutes disparues. Il nous reste fort heureusement le Shah, gravé indiquant les noms de ses propriétaires ainsi que les dates en arabe, ce qui constitue un mystère. Jusqu'à présent, il ne semble pas avoir trace ni de commentaires ni de littérature concernant la façon dont elles furent gravées.

20200914_940x400.jpg
14/09/20
Evolution et révolution du secteur diamantaire | FR

Les diamants sont connus depuis des millénaires, mais selon les sources historiques, la taille commence…

20200830_Malachite-_940x400.jpg
30/08/20
Jules Cornet, géologue de génie et passionné | FR

Il jeta les bases de toute la géologie du Congo. Il fut adjoint à l'expédition…

20200511_Emerald_940x400.jpg
11/05/20
Synthetische smaragden: flux- en hydrothermaal procedé | NL

Flux smaragd. De kleur van smaragd intrigeert de mens al eeuwen. Het feit dat ze…

20200505_Erwin_940x400.jpg
05/05/20
Hydrothermaal smaragd | NL

Doordat de reactie bij een hydrothermaal proces zich voltrekt in een hermetisch gesloten autoclaaf, lijkt…

20200424_Zirconium_v2.jpg
21/04/20
LE ZIRCONIUM CUBIQUE, MEILLEUR SUCCÉDANÉ DU DIAMANT | FR

Tout le monde en parle dans les milieux professionnels ainsi que dans le public, mais…

20200220_940x400.jpg
20/02/20
Une variante dans la technique de taille des pierres précieuses | FR

Depuis la découverte de la taille des pierres précieuses, l'évolution technique a été stagnante. La…

20200129_DresdenGreenReplica_940x400.jpg
29/01/20
The Dresden Green | EN

This pure diamond probably originating from India, has an exceptional apple-green colour. It has the…

20200106_940x400.jpg
08/01/20
“Lab Grown, Created, Man Made” en “Cultured” Robijnen en Saffieren | NL

Er werd de laatste jaren veel geschreven en gesproken over synthetische diamant, met ronkende benamingen…

20191022_Couronne_940x400.jpg
22/10/19
PRINCE NOIR, HISTOIRE D’UN RUBIS QUI N’EN ÉTAIT PAS | FR

Le grand négociant et collectionneur de pierres fabuleuses, Jean-Baptiste Tavernier déclare avoir vu deux «…