COMPOSITION CHIMIQUE DU DIAMANT | FR

Les anciens alchimistes croyaient que la pierre philosophale était faite de la matière la plus vile possible. La nature semble avoir été de l'avis des alchimistes en produisant les gemmes les plus précieuses avec les substances les plus ordinaires. Le diamant étant du carbone, tout comme le graphite de nos crayons.

Il serait curieux de voir tout ce qu'on a pensé et écrit sur la composition des pierres précieuses depuis Aristote jusqu'à Boëce de Boot.
 
Nous rappellerons seulement, nous raconte Henri Jacobs en 1880, que l'éclat du diamant avait assez frappé les anciens pour qu'ils crussent qu'il le tenait de l'astre du jour, aussi disaient-ils qu'on ne le trouve dans aucun pays froid et qu'il n'est nulle part aussi beau qu'en Orient, ce pays du soleil. Cette légende a été démentie par les découverte, un siècle plus tard, des mines de diamants en Sibérie et au Canada.
 
Les savants jusqu'au 20e siècle n'avaient pu l'analyser qu'en le brûlant. Pline l’ancien, qui a résumé avec le charme que l'on sait, dans son Histoire de la nature, tout ce qui avait été dit avant lui, raconte comment on croyait non seulement que le diamant résistait à l'action du feu, mais encore que les plus hautes températures ne parvenaient même pas à le chauffer. Cette opinion eut cours jusqu'au dix-septième siècle. En plus il ajoute : « Le diamant, joie rare de l’opulence, réfractaire et invincible à toutes les violences, se brise par l’action du sang de bouc » ( ?)
 
Le premier, Boëce de Boot, médecin personnel de l’empereur Rudolphe II de Habsbourg écrivait dans son livre « Le parfait Joaillier » sous le titre original « Germmarum et Lapidum Historia » paru en 1609, qu’il soupçonna que ce minéral pouvait être inflammable. Il ajouta que le diamant est un remède contre les poisons, la peste, les sorcières, la magie noire, les cauchemars et même contre les tentations du diable.
 
Plus tard, en 1673, au rapport de Henckel, Boyle conseillé probablement par quelque alchimiste, tira de son trésor plusieurs pierres précieuses pour les livrer à l'action du feu. Un tel combustible devait produire des vapeurs insolites, des senteurs extraordinaires et des cendres magiques ! On raconte tout au moins qu'on vit s'élever des vapeurs acres et abondantes.
 
Il était impossible qu'on s'arrêtât là et il était né de cette expérience trop de chimères pour qu'on ne la renouvelât pas, et c'est en cela que Boyle a été utile à la science. Elles se succédèrent en effet assez rapidement. En 1694 et en 1695, les célèbres Averani et Targioni, de l'Académie del Cimento, sous l'instigation du grand-duc de Toscane, Cosme III, brûlèrent de nouveau des diamants, à Florence, par la chaleur solaire concentrée à l'aide de la lentille Tchirnaussen. A peu d'intervalle, la même expérience se faisait à Vienne en présence de l'empereur François Ier, mais cette fois au moyen d'un feu de forge violent et longtemps soutenu.
 
Macquer ensuite, observa que le diamant en brûlant répand une belle flamme formant autour de lui une auréole. Il survint à cette époque un joaillier, M. Le Blanc, qui ne tenant pas compte de ces résultats, affirmait sur son expérience personnelle, que le feu était sans action sur le diamant. Il en voulut faire la preuve devant un public nombreux, composé surtout de savants. Il prit un beau diamant, l'entoura d'un mélange de chaux et de poussière de charbon, l'introduisit dans un creuset et exposa le tout à un feu violent. Au bout de trois heures l'obstiné joaillier ne trouva dans le creuset que la petite loge que le diamant avait occupée, mais le cristal avait disparu.
 
Ainsi ce minéral indomptable non seulement était attaqué par le feu, mais, à l'opposé de l'or, de l'argent, des métaux et des autres pierres qui se liquéfient et se vaporisent ou se désagrègent par la chaleur, il brûlait comme du bois, comme du charbon, sans perdre sa forme, et, chose surprenante, il ne laissait point de cendres. Le cristal le plus précieux, le plus beau, le plus recherché, après avoir été regardé pendant des siècles comme incombustible, devait offrir le phénomène de combustion le plus curieux et le seul qui soit connu.

10/12/18
ESSAIS DE REPRODUCTION ARTIFICIELLE DU DIAMANT | FR

Après que les chimistes eurent découvert que le diamant n'était que du charbon cristallisé, on…

15/10/18
HPHT in kleine octaëders | NL

Sinds enkele jaren worden wij geconfronteerd met synthetische diamanten, hetzij HPHT (hoge druk en hoge…

05/10/18
COMPOSITION CHIMIQUE DU DIAMANT | FR

Les anciens alchimistes croyaient que la pierre philosophale était faite de la matière la plus…

18/07/18
Anvers a réalisé une révolution dans le processus de polissage des diamants | FR

Le Centre scientifique et de recherche technologique pour les diamants (WTOCD), de l’AWDC, l'organisation centralisant…

20/06/18
Spectroscopy Raman and Gemmology | EN

The Raman effect was discovered in 1928 by an Indian doctor of the same name…

20/06/18
RUWE DIAMANT IMITATIE | NL

In een artikel in het tijdschrift van AFG heeft dr. Emmanuel Frtisch (hoogleraar aan de…

22/05/18
ALEXENDRITE | FR

Peu connue du grand publique, c’est une pierre précieuse qui est rarement exposée, elle reste…

16/04/18
LA TANZANITE | FR

Sa couleur d’un bleu saphir « Birman » avec un soupçon de violet en fait…

26/03/18
HET VERSTELLEN: EEN VERDWENEN BEROEP | NL

Sinds de uitvinding van Lodewijk Van Berquem in 1476 tot begin van de XXI eeuw…